Pirouette cacahuète – chanson courte mais réaliste

pirouette cacahuete

Il était un petit homme,

Pirouette cacahuète.

Il était un petit homme, qui avait une drôle de maison,

qui avait une drôle de maison.

Sa maison est en carton,

Pirouette cacahuète

Sa maison est en carton, car il n’avait pas de pognon,

car il n’avait pas de pognon.

2e couplet.

Il était un petit homme, Lire la suite


Que trouverait-on dans le sac à main d’un homme ?

Un nez de clown ; un harmonica ; un couteau multifonctions ; trois avion à réaction.

Des gouttes de pluie ; des heures d’ennui ; l’odeur des boules de neige ; les animaux du cirque et un sac à dos.

Un déodorant pour les aisselles ; des bouts de ficelle ; un lave vaisselle et une auto miniature.

Un bas résille ; un bout de résine ; un encas pour la route ; des souvenirs de filles.

Des tours de cartes ; une cour Descartes ; deux pancartes ; un pan de mur et un pancake pour la route.

Des fusées intersidérales ; des désirs d’astronaute ;  mille « quand je serai grand » ; un Prévert, trois moineaux, un pinçon et quatre colombes. Lire la suite


C’est quand la sagesse ?

58885_1389084113_bonbons

Viens lire mon article, je te donnerai plein de bonbons.

On a l’habitude de dire que la sagesse vient en vieillissant. C’est des conneries tout ça. Moi qui vous parle par exemple, je crois que j’ai été sage jusqu’à cinq ans et demie. Et encore. J’ai pas fait exprès.

 

Ensuite, ça s’est gâté quand j’ai compris que faire le pitre ouvertement attirait les faveurs du public à condition bien-sûr de sortir de scène mignonnement : J’ai pas fait exprès, je savais pas… ooops. Cela n’a pas de que des inconvénients cous savez  : les enfants idiots c’est touchant, c’est comme des petits handicapés : on voudrait pas être à leur place mais on est toujours prêt à leur donner quelque-chose pour se dédouaner.

— Pourquoi je ne peux pas acheter une sucette à un franc avec ma pièce madame ?

— Parce que dix centimes c’est moins qu’un franc. (qu’il est con ce gosse)

— Oooooh. (mine dépitée)

—  C’est pas grave, tiens, je te l’offre parce que tu es un mignon petit garçon.

— Merci madame la boulangère. Je peux en avoir une autre il me reste dix centimes ?

Lire la suite


Premières impressions.

Bonjour les petites têtes carrées. J’ai vraiment la sensation d’avoir été absent longtemps. Je peine à retrouver mes marques, pour tout dire : j’ai l’impression d’être à côté de ma case. Oui parfaitement, celle qui me manque.

Peut-être est-ce à cause de tous ces chamboulements, les « événements » ou bien encore le fait d’avoir été loin, longtemps, isolé (pauvre petit va). J’sais pô. Quoi qu’il en soit, je suis dans mon coin et je ronchonne comme un vieux chnoque, c’est peut être la vieillesse qui me guette ?  Déjà… à vingt-trois-ans passé d’à peine quelques années ? Lire la suite


Toi aussi tu veux rencontrer des femmes chaudes à Plouilli sur goingoin ?

Humour rencontre la femme de tes rêves sur internet.Je préfère vous prévenir d’avance que cet article comporte des passages un peu coquins, gaffe de pas tacher vos sous-vêtements.

Il m’est arrivé un truc formidable, je me suis arrêté sur la route, dans la charmante petite bourgade de plouilli-sur-goingoin, 72 habitants, 3 bars, 2 tabacs, pas de librairie. Tranquille pépère je me pose à la de terrasse du PMU qui bien positionnée au centre ville car, Si l’on veut être vu par la jet-set plouillie-sur-goingoinoise, il faut bien évidemment s’installer dans un endroit en vogue. Bref, je vous passe les détails bling-bling.

Je me pose donc, je commande une boisson, comme n’importe quel quidam ferait, démarre mon ordi pour me connecter grâce à la connexion wi-fi du bar, du centre ville de Plouilli/goingoin (Oui il y a la wi-fi à plouilli goingoin) dans le but très louable de consulter les innombrables et charmants commentaires que vous allez laisser sur cet article, bien que tout ça ne soit pas très logique si on y regarde bien…

Et là… surprise ! L’incroyable se produit. Lire la suite


J’ai une confidence honteuse à vous faire

Quand je n’ai pas le moral, quand j’ai pas la pêche, le biniou en berne, la rigolade qui coince et les zygomatiques critiques, je lis mes propres articles. J’me fais rire. D’ailleurs je viens de lire un vieux brouillon en me disant comme ça que ça serait bien pratique pour reprendre un peu la pratique bloguesque sans trop me fatiguer. J’ai ri. J’ai un peu eu honte de moi aussi mais ça c’est une autre histoire. D’ailleurs, je me suis dit en mon moi même intérieur : bon sang mais t’as du être malade mentale dans une vie intérieure. Bon alors, si vous êtes pas trop sages d’ici là… demain, je prendrai un peu de temps pour corriger les quelques fautes d’orthographe  anachronismes et autres irrégularités langagières de cette œuvre et je la posterai. En vérité, je crois que je vais le lâcher sans rien corriger ni contrôler (tradition oblige)  mais j’avais très envie de mettre les mots « anachronisme » et « langagières » dans ma phrase, ça fait sophistiqué je trouve.

A ciao bisou les lapins !


J’ai un truc à vous dire.

J’ai été absent longtemps…

Oui, j’ai eu une vie agitée et je me suis éloigné du monde des vivants ces derniers temps. N’empêche que je vous ai écrit tous les jours (sur papier).

J’espère retrouver mon énergie et  revenir bientôt.

En attendant, je vais lire vos commentaires et y répondre tout doucement.

Bisous !

 


%d blogueurs aiment cette page :