Les Tauliers Flingueurs.

Tontons flingueurs Michel Audiard Frédéric Dard humour dialogues – M’sieur Jeannot ! Le zig du guide « Paris sans fric » est dans la salle.

 – Le basque ?

 – Le basque…

 L’année précédente Paskoal Arbogasto, critique gastronomique de son état avait écrit un article au sujet du Canard Claqué, le restaurant de M’sieur Jeannot. Laissant ce dernier dubitatif quand à l’amabilité de celui-ci.

 Le Canard Claqué est certainement l’endroit le plus in -dans le vent si vous préférez- de Tout Paris ! La nourriture y est tout bonnement délicieuse, l’ambiance paillettes et cotillons et la joie de vivre de Jeannot (le patron) vous laisseront baba. Je suis ironique,  si vous devez vraiment y manger prévoir un remède pour les maux d’estomac n’est pas un luxe et pourquoi pas une corde pour se pendre ce qui égayerait votre soirée et allégerait vos tourments.  Pour  conclure, je dirai que le canard claqué est à la gastronomie ce que la bouée est au yacht : un dernier recours !

Un article de Paskoal Arbogasto, critique gastronomique de son état, pour Paris Sans Fric. Tous droits réservés.

C’est que monsieur Jeannot s’il était parfois aimable n’aimait pas beaucoup qu’on lui chatouille la glande pinéale.

Gaston, l’heure est grave, descend tout de suite à la cave et remonte moi illico une bouteille de dézingueur…

– cuvée  des huissiers de justice, monsieur ?

– laisse tomber la bibine de pacotille. Là… faut du spectaculaire : cuvée du contrôleur des impôts, minimum… ce soir on fait pas dans le napperon en soie, on passe direct au linceul en toile abrasive.

J’vais lui montrer qui c’est Jeannot moi !

J’vais lui en faire de l’animation moi, une envolée lyrique  tendance tempétueux que  ça va être !

 Je peux te garantir qu’y va être propre demain matin le basque, y va se réveiller clinquant, y va comprendre ce que c’est que l’effet papillon : tu te couches avec un petit coup dans l’aile et tu te réveilles avec l’avion entier dans le citron au petit matin, réacteurs en marche poussée maximale ; La tronche en accordéon et le néo cortex recroquevillé dans le bulbe façon chrysalide… Je vais lui en donner moi du festif ! Elle veut du vent la bourrique basque ? je vais lui donner de la bourrasque, moi ! Je vais te le métamorphoser en piaf le vautour, tu vas voir ! Y’ va me manger dans la main que j’te dis.

unehistoirePour participation au défi  « Des mots, une histoire 109″ lancé par Olivia sur le blog « Désirs d’histoires . »

liste des mots imposés : tourment – tempétueux – bourrasque – envoler – avion – aile – papillon – métamorphose – chrysalide – soie – luxe – yacht – fric – clinquant – pacotille – cotillon – célébration

Les textes des autres participants : Violette, sebastienblanrue, adrienne, Valentyne, T., marlaguette, merquin, laracinedesmots, moncafélecture, Julie Sabatier, Ghislaine, Ceriat, Asphodèle, Et Olivia !

Tous les défis.

——–les coulisses de l’histoire———

Eh bien comme je n’étais pas très inspiré pour faire une histoire avec les mots proposés, j’ai choisis la facilité d’écrire un dialogue. En plus ça défoule !

PS : qui auriez vous imaginé dans les rôles de m’sieur Jeannot, Gaston et Paskoal ?

Publicités

36 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je suis contente de ne pas être la seule à qui les mots ont posé soucis 😀 Tu t’en tire bien !

    1. Merci, je n’ai pas encore eu le temps de lire ton histoire mais comme j’aime le reste de ton blog, je devrais aimer aussi !

  2. Tu aurais pu faire un remake de « l’aile ou la cuisse » 😉
    Bravo, j’aime cette gouaille franchouillarde, des dialogues dans le cinéma Français qui nous manquent beaucoup!!!
    Suis heureuse de te retrouver, sache que tu as toujours ta place sur l’annuaire pour les Nuls 😉 http://annuairepourlesnuls.fr
    Bisous
    Domi.

    1. Merci, je n’oublie pas l’annuaire mais honnêtement mon occupation de blogueur me prend beaucoup de temps en ce moment (on ne dirait pas comme ça). Je devais plutôt dire, je n’ai pas beaucoup de temps en général. Mais je n’oublie pas l’annu.

  3. Ceriat dit :

    Bien trouvé ce dialogue à la Audiard. 😀 J’adore ! 😀

    1. Merci et désolé, je n’ai pas encore eu le temps de lire toutes les histoires des autres participants… à suivre !

  4. patchcath dit :

    ah un vrai régal ces dialogues à la M Audiard ou F Dard, bien plaisant

    1. N’est ce pas… j’ai une préférence pour Audiard personnellement.

  5. Valentyne dit :

    Truculent et si drôle : j ‘aime beaucoup tes cuvées spéciales et le napperon de soie qui est remplacé par le linceul en toile abrasive 🙂

    1. Je m’suis éclaté sur les cuvées et le linceul, je trouvais que c’était bien dans l’esprit. Je crois que je vais les garder et réutiliser celles ci !

  6. T. dit :

    J’aime 🙂 Une « cuvée du contrôleur des impôts »? Quelque chose me dit que je ne veux pas y goûter…! Merci pour le fou rire 😀

  7. hahaha j’ai bien ri et bravo pour le style gouailleur à la titi parigot! 🙂

    1. Merci, c’est plutôt trippant à écrire !

  8. Eh bien, c’était une bonne idée, le dialogue, et je ne dirais pas que c’est tomber dans la facilité.

    1. Merci, c’est le papillon qui a tout déclenché !

  9. Gaston ? pas d’ hésitation : Jean Lefèvre
    Jeannot : Bernard Blier, oeuf corse ! Trop bavard pour Lino…

    1. par moment, j’ai comme une envie d’en écrire d’autre dans le style, c’est un excellent exutoire et en plus je me fais plaisir ! Merci

  10. Ghislaine dit :

    Génial Seb, dis donc , on va lui faire rencontrer ma vioque a ceux là lol !!

    1. Possibl’ qu’elle trouve sa place dans un de mes textes… merci !

  11. marlaguette dit :

    Du dialogue à la Audiard ! C’est parfait ! Enfin, j’ai vécu la scène comme devant un écran… j’avais les voix qui résonnaient dans ma tête !

    1. En fait je crois que tu étais vraiment devant un écran quand tu as lu ce texte, pour les voix je ne peux pas t’aider…
      Merci !

  12. PS : qui auriez vous imaginé dans les rôles de m’sieur Jeannot, Gaston et Paskoal ?
    J’hésite pour Jeannot : j’aurais bien dit Ventura où Gabin où Blier. Pour gaston : Lefebvre et pour paskoal euh je sais pas Venantini (?)

  13. Et bien, quel talent ! En effet, tu as ressuscité Audiard. Quand je pense que tu hésitais à participer… Ç’aurait été une grande perte pour nous. J’en redemande !

    1. Content que ça te plaise parce que figure toi j’étais vraiment pas convaincu en me relisant, j’avais l’impression que ça ne prenait pas. mais bon c’est facile de caser tous les mots dans le contexte. Sauf que je viens de m’apercevoir que j’avais oublié le mot célébration…. fin bon « ressuscité Audiard » tu y vas un peu fort (j’apprécie quand même)

      1. Si si, le ton y est vraiment.

  14. hurluberlulu dit :

    J’apprécie beaucoup « l’effet papillon ». C’est excellent ! J’admire 🙂

    1. il faut dire que tout est parti de là, je cherchais ce qui pouvait relier un papillon à un avion, j’ai bien pensé au papillon remorqueur d’avions mais la ficelle était trop grosse, ensuite, j’ai pensé à un conte dans le style le papillon qui voulait se faire plus gros que l’avion mais j’ai trouvé que ce n’était pas porteur.
      Merci, heureux de te voir vadrouiller par ici;

  15. Pas si facile d’écrire façon Audiard! Défis relevé! Bien vu!

    1. Merci, j’aime bien les dialogues qui ont du punch et qui rebondissent.

  16. Tu soulèves les défis comme un chef, quelle imagination et de bons mots façon Michel Audiard, j’adore !

    1. Merci Santa Elisabeth ! 😉

Tu peux la ramener maintenant mon lapin !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s