Bisbille au Canard Claqué.

Tontons flingueurs Michel Audiard Frédéric Dard humour dialogues M’sieur Jeannot était un rien contrarié ce jour là parce que, à ce qu’on entendait dire en ville Les Ritals étaient Parfois gentiment roublards sur la question du partage de l’oseille et justement c’était jour de discussion financière.

Monsieur Luigi et son « cousin » Parguetti, s’essuyaient déjà les pieds sur le tapis du petit salon, ou plus précisément l’arrière salle du restaurant de monsieur Jeannot « Le Canard Claqué »,  Gaston Leur servant deux verres de relaxant accompagnés de douceurs appétissantes au premier abord.
Jeannot (arrive dans la salle) – Ah Luigi et spaghetti content de vous voir…
Parguetti (avec un fort accent) – C’est Parguetti…
Luigi – (avec un fort accent) – Bonjour, chers collègues nous sommes venus récupérer la part de friandises qui nous revient, Monsieur Jeannot, aboule les soixante mille !
Jeannot – Soixante mille ? y’aurait comme une erreur de chiffre là, tu confondrais pt’etre avec le nombre de voix fantômes qui ont fait élire ton beau frère… moi je dis ça, c’est amical, tu comprends… faudrait pas penser à mal hein ?
Gaston – Y’en avait pour soixante-dix mille dans le camion, à moins d’avoir du caramel à la place du cerveau et de pas savoir compter, la moitié de soixante-dix, c’est trente cinq…
Jeannot (mime 35  comme font les enfants pour dire leur age)
Parguetti (en dégainant)- Écoute, monsieur Jeannot :  y’a deux genre d’hommes, ceux qui ont une arme et ceux qui comptent avec les doigts ; y’a six balles dans ma pétoire, six fois dix égale soixante mille, si on ajoute les dix mille pour une éventuelle balle perdue…. ça fait soixante-dix mille. C’est mathématique, tu voudrais pas contredire la science  ?
Jeannot – Ma parole, tu nous menaces ?
Gaston – C’est bien ce qu’on dirait… y veulent nous sucrer le gâteau, ces enflés…
Luigi – Allons quoi mesdemoiselles, vous pensiez qu’on allait régler ça à coups de bisous sur la bouche ?
Gaston – On pourrait p’t’êt’ boire nos verres en bonne camaraderie avant de causer business…
Parguetti – Sinon on peut aussi la jouer à l’assiette russe… y parait qu’on à une chance sur deux de mourir intoxiqué en venant manger chez toi, c’est le corse qui me l’a dit. il à dit aussi  que la seule chose qu’il avait trouvée croustillante c’est le cafard qu’il à écrasé en allant vomir dans les doublevécé, même qu’il a ajouté comme ça qu’il était pas sûr que c’était les doublevécé, que c’était peut être la cuisine vu que l’odeur est à peu près la mê…
En l’espace d’une demi seconde, sans que personne n’ait le temps de comprendre, les deux mafieux se retrouvèrent au sol inconscients.

« Il était basque pas corse. » Lâcha calmement le cuisinier tout en retournant à son office, une poêle dans la main, tel qu’il était venu.
Gaston, contrarié par l’esprit d’initiative du cuisinier, fit remarquer que c’est bien gentil de faire dans l’improvisation culinaire mais que c’était quand même pas professionnel. D’autant qu’il avait débouché « une cuvée du partage » pour des nèfles

unehistoirePour participation au défi  « Des mots, une histoire 113″ lancé par Olivia sur le blog « Désirs d’histoires . »

liste des mots imposés :friandise – sucré – dérober – bisou – amical – caramel – croustillant – appétissant

Les textes des autres participants :marlaguette, janickmm, Arieste, Mon café lecture, Violette, Valentyne, Pierrot Bâton, laracinedesmots, Dansmontiroir, patchcath, Soène, Ceriat, Coccinelle. Et Olivia !

Tous les défis.

——–les coulisses de l’histoire———

Bien sûr si vous n’avez pas lu les tauliers flingueurs vous comprenez moins bien…

Je me demande si la fin n’est pas un peu trop subtil, j’ai pas l’impression qu’on comprenne qu’ils avaient l’intention de liquider les italiens.

Publicités

13 commentaires Ajouter un commentaire

  1. gaïa dit :

    J’adore ! Les lectures de tes textes sont toujours aussi jubilatoires !
    Ami, il y a du Audiard en toi et on va pas lui demander de sortir de ce corps. C’est la fraise tagada sur le chamallow cette histoire ! 😉

  2. T. dit :

    J’aime 🙂 Ce texte est un plaisir à lire. La cuvée « Partage » ne m’inspire pas grande confiance, par contre… Et spaghetti pour « C’est Parguetti… » : j’ai éclaté de rire! Merci 🙂

    1. Merci ! oui il y a des cuvées chez les tontons qu’il ne vaut mieux essayer que si on est blindé de l’intérieur !

  3. Biancat dit :

    Les cuistots flingueurs… savoureux 🙂

    1. Merci, d’ailleurs c’est la suite des tauliers flingueurs que tu peux encore trouver dans la rubrique défis d’écriture 🙂

  4. Série noire aux cuisines …

  5. J’aime bien l’ambiguïté culinaire de la fin!

  6. Willem H. dit :

    La fin n’est pas trop subtile, elle est très bonne ! Comme toute l’histoire, d’ailleurs.

  7. J’avais compris la fin, sinon, tu l’expliques bien 😀
    ça sent bon le vieux Audiard, j’adore

    1. Alors tout le monde à compris que la cuvée du partage est une boisson bien plus forte que la cuvée des huissiers de justice tu crois ? 🙂

  8. patchcath dit :

    et oui voilà c’qu’arrive quand on dit des « gentillesses » de la sorte

  9. Ah, on a attendu mais ça valait le coup ! J’étais sûre que tu réussirais à nous concocter un texte complètement décalé et pas du tout gentillet comme on aurait pu s’y attendre avec les mots de cette semaine. Ça fait du bien de terminer le week-end avec une histoire pareille.
    Ton style est vraiment inimitable. Continue comme ça (on ne baisse pas les bras hein !) 🙂

    1. Merci mais Je me demande si la fin n’est pas un peu trop subtile où ratée, j’ai pas l’impression qu’on comprenne qu’ils avaient l’intention de liquider les italiens avec « la cuvée du partage »

Tu peux la ramener maintenant mon lapin !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s