L’être à Nanouche.

Tu m’as touché amazone sensible, amazone hantée. on s’est soufflés à mi-mots sauvages. Ma terre, ta jungle m’affole.

Double;trouble.

Femme idéale blasphème fatal, éternel effet mère ; homme erre hérétique pas sans éthique : otages. Deux qui sèment, plantent des par-terres de défis, amour en RÉ-CI qu’ont défait les récifs ; barre haute, barre casse, coque de moi se brise lasse.

Pars… jure, sans mot dire !

Dans le dédale de mes rites : médite, relis, relie nos délits. Rêve de mur qui se délite dans les murmures de ton lit.

Marri moi, décrie ta fracture : violente évanescence. cultive à fleur de Cœur l’empire de nos non-sens. L’écrit c’est tes cris, virevolte-z ‘y dans tes éther-nuitées.

Je te bouillonne intérieur, caresse ton etoffe  : abandon de soie. Je file, je meurs d’ici, je t’aime ailleurs, demeure moi là bas…

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Comme une impression de déjà lu…

Tu peux la ramener maintenant mon lapin !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s