Toi aussi tu veux rencontrer des femmes chaudes à Plouilli sur goingoin ?

Humour rencontre la femme de tes rêves sur internet.Je préfère vous prévenir d’avance que cet article comporte des passages un peu coquins, gaffe de pas tacher vos sous-vêtements.

Il m’est arrivé un truc formidable, je me suis arrêté sur la route, dans la charmante petite bourgade de plouilli-sur-goingoin, 72 habitants, 3 bars, 2 tabacs, pas de librairie. Tranquille pépère je me pose à la de terrasse du PMU qui bien positionnée au centre ville car, Si l’on veut être vu par la jet-set plouillie-sur-goingoinoise, il faut bien évidemment s’installer dans un endroit en vogue. Bref, je vous passe les détails bling-bling.

Je me pose donc, je commande une boisson, comme n’importe quel quidam ferait, démarre mon ordi pour me connecter grâce à la connexion wi-fi du bar, du centre ville de Plouilli/goingoin (Oui il y a la wi-fi à plouilli goingoin) dans le but très louable de consulter les innombrables et charmants commentaires que vous allez laisser sur cet article, bien que tout ça ne soit pas très logique si on y regarde bien…

Et là… surprise ! L’incroyable se produit. Internet, monsieur internet lui même, sans que je ne lui demande rien, s’engage à me faire rencontrer, non pas une… non pas deuuuux mais : tout plein de femmes chaudes et sexy à Plouilli-sur-Goingoin. (J’ai pensé à abréger Plouilli-Sur-Goingoin pour faire plus court et moins ridicule mais ça donnait PSG…).

rencontre des femmes vachement chaudes à pouilli sur goingoinBien sûr, en voyant s’afficher cette publicité me vantant un nombre aussi impressionnant de petits lots aux roploplos bien rembourrés (voir illustration ci-contre) domiciliés dans un village d’une si petite taille… moi qui suis, tout comme vous, cartésien, rationnel et logique, j’ai tout de suite la puce à l’oreille —c’est que j’ai une capacité de réflexion hors du commun voyez vous.— d’ailleurs je me suis tout de suite dit : « Quoi ? Toutes ces bonnes meufs bien sophistiquées de partout dans un si petit village ? Ma parole mais c’est l’Eldorado du cul ce patelin… » Normal.

Bon bein… je ne suis pas d’un naturel grégaire mais j’ai une certaine curiosité scientifique. Alors, je jette un œil discrètement à la proposition que la dynamique startup 3615-du-cul-bien-chaud-a-plouilli-sur-goingoin.com me fait. Je vais vous dire ce que j’en pense, moi qui suis un consommateur avisé, j’ai très très vite flairé l’arnaque Vous vous en doutez. Pas la peine d’être sorti de Saint-cyr pour pour piger quelque chose d’aussi simple : franchement. 50 euros de frais d’inscription… c’est cher ! Réfléchissons… vous payeriez 50 balles pour vous inscrire à ce genre de site alors que Statistiquement parlant, vu la taille du bled, si une seule de ces beautés charnelles sort de chez elle… on risque pas de la louper au milieu des grands mères bien locales, il est très probable qu’elle se distingue fortement.

Voilà, pas question de raquer, pas de pépettes pour la quéquette ; j’adopte la stratégie du séducteur sauvage et indomptable : je reste à la terrasse à picoler des bières en cultivant la beaugosse attitude (je vous apprendrai un jour, ça peut être très utile) en me disant comme ça qu’il y en à bien une ou deux qui vont finir par pointer le bout de leurs… nez. C’est que, sachez-le, ce genre de femme a besoin de beaucoup d’exercice pour se maintenir en forme. Et croyez moi, vu les tronches que se coltinent les ahuris du coin, même moi j’ai une chance de pécho.

L’après midi passe et rien, pas une seule de ces charmantes goingoinoises ne se pointe. Bien sûr, l’amour le vrai avec un grand 95 C, ce n’est pas quelque-chose qui se produit comme ça par magie, j’en suis conscient, le nibard de compet ça se mérite. Alors je décide de bouger de la terrasse et de me lancer à corps perdu à la rencontre de celle qui saura me faire retrouver ma joie-de-vivre et la confiance en la levrette femme.

Elephant bleuBref, je fais le tour du village et je trouve pas, rien, niet, nada, pas le moindre bout de nichon siliconé, pas une jupe qui arrive au dessus du genou. NIB. Alors je réfléchis un peu et j’arrive à la conclusion que, bien sûr, suis-je bête… vu l’heure ces pauvres demoiselles esseulées doivent certainement être encore en train de travailler pour gagner honnêtement leur maigre pitance. Les pauvres petites, je les imagines s’attelant à des tâches rudes et avilissantes comme… je sais pas moi laver des voitures, vêtues d’un minuscule short et d’un tee-shirt trempé par les éclaboussures… comme elles doivent avoir froid les pauvrettes. Ni une ni deux, mon sens pratique entre en branle et je demande à un autochtone moisi de m’indiquer le centre de lavage auto le plus proche. Et là, une fois arrivé sur place, mais quelle déception mes amis… Tout est automatisé, pas une gonzesse personne en dehors d’un éléphant qui semble monter la garde (Je ne suis pas insensible à sa façon de s’auto arroser avec sa trompe avec un petit regard lubrique, mais je vais quand-même pas me taper un éléphant). Pas une mimine délicate pour vous mettre un coup sur le pare-brise, c’est dramatique Je vous le dis, les automatismes détruisent les relations humaines ainsi que de nombreux emplois, je suis outré par cette injustice.

Fort heureusement, la France est un pays de traditions qui cultive un certain art de vivre ainsi qu’un art culinaire ancestral qui dépasse les frontières, loin de la mécanique froide et sourde des machines. Il existe encore aujourd’hui des professions de service ainsi que des métiers de bouche qui se pratiquent à la main, je décide donc de diriger ma quette vers les commerces locaux, historiquement tenus par des vrais gens, comme la boulangerie ou là boucherie.

Quoi ? être une bonne meuf, sexy et sophistiquée à gros seins, n’est pas incompatible avec un talent de boucher charcutier.

Une bimbo habile à la découpe de barbaque…

ça c’est déjà vu…

Nabilla.

Toujours rien, que de la bonne fermière label-rouge. Ma décéption grandit.

Alors moi, quand je suis à deux doigts de vivre la romance qui va changer ma vie avec une nana d’internet que je connais même pas, faut pas me la raconter. Je ne me décourage pas, je me le mets sous le bras (mon ordi portable) et je vais voir le maire et je lui dit dans sa langue (le péquenaud) : bah a sont ou les bonnes gonzesse lo.

Et là , il ose prétendre que ces dames de qualités n’existent pas, en tout cas qu’elles n’habitent pas à plouilli-sur-goingoin. C’est vraiment honteux, prétendre qu’internet, l’internet qui éduque nos enfants, ment ? Je ne suis pas naïf, je comprends très bien qu’il me raconte des histoires juste par égoïsme parce qu’il veut se mettre les filles de côté… corrompu va. Avec une mentalité comme ça, c’est clair qu’ils ne va pas inciter les gens à s’installer dans son bled pourri, ça c’est sûr.

Advertisements

À propos de sebastienblanrue

L'imagination à été donnée à l'homme pour compenser ce qu'il n'est pas. L'humour pour le consoler de ce qu'il est. Voir tous les articles par sebastienblanrue

17 responses to “Toi aussi tu veux rencontrer des femmes chaudes à Plouilli sur goingoin ?

Tu peux la ramener maintenant mon lapin !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :