Entretien avec un clochard – la maison abandonnée.

Maison abandonnée

Voici où ma quête de liberté m’a mené.

Oui, c’est… C’est là où je vis maintenant. Pas très ragoutant, je sais. J’ai connu plus cosy… (rire) temporaire. Je comprendrais si vous ne souhaitiez pas vous mettre à l’aise, c’est un peu délicat.

Liberté…

La liberté a disparu le jour ou l’ on a commence a disposer la nourriture en conserve dans les grandes surfaces, le jour là nous avons tous accepté de recevoir un collier de facilité. Depuis, nous sommes mus par la laisse de l’argent  vous comme moi, je ne suis pas plus libre que vous de ce point de Vue, pas beaucoup plus : je ne cultive rien. Comment le pourrais-je : planter patates et haricots dans Les jardins municipaux peut-être ? Comme j’aimerais… Demain peut-être, ou après demain.

Je m’égare…

Voilà nous sommes ici vous et moi pour une bonne raison, vous désirez entendre mon histoire et je souhaite la raconter, je n’ai pas honte, je n’ai pas peur. J’avoue que je me serais regardé autrement auparavant quand j’étais dans ce que je peux appeler ma vie d’avant. Ce spectacle, cet endroit et moi même auraient provoqué mon dégout. Je me serais certainement regardé avec une moue on ne peut plus démonstrative tout en pensant « mais comment peut on en arriver là ? ». Sans nul doute. Question à laquelle personne ne cherche vraiment à répondre n’est-ce pas ?

Sans doute.

Le déclic ?

C’était un jour comme un autre dans le monde, dans mon monde de l’époque : l’industrie. Et puis il y a eu cette conversation, banale, un échange dont le cynisme serait imperceptible pour qui n’est pas habitué à fréquenter certaines »sphères ».

« Tu es intelligent, tu sais ce qu’on est en train de faire…  » -Comprendre « tu es avec nous ou tu es fini ? »- J’ai répondu oui, incapable de lire le veritable fond de sa pensée. Était il aussi répugné par notre besogne que je l’étais moi même ? S’etait il convaincu que mon oui signifiait « je suis dans votre camp Les gars ! Continuons le bon travail ! Youpi, l »humanité a besoin d’une couche supplémentaire de moisi pour mieux se conserver ! Et si on faisait la hola au prochain conseil d’administration ? Ça serait cool non? Et on pourrait faire une soiree pijama entre copains pour fêter tout ce qu’on a perverti de notre civilisation, on boirait du chocolat chaud… »

Et j’ai basculé.

(À suivre…)

 

Publicités

Tu peux la ramener maintenant mon lapin !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s